Logo UGA Logo Uni Osnabrück

Voix de la Foule chez Tacite

Extemplo Libyae magnas it Fama per urbes, / Fama, malum qua non aliud velocius ullum [...]

(Virgile, Énéide, 4.173-174)

Illustration médiévale de la Fama

Illustration de l'édition Brant de l'Énéide, Strasbourg 1502

Affichage du corpus

En jaune, les termes renvoyant à une vocalisation collective. En vert, le discours indirect rattaché à la foule.

6/430 [Ann] I, 15 Tibère délègue les élections au Sénat
Le peuple fait entendre une rumeur, jugée inutile par Tacite, en réponse à la réforme tibérienne des comices.
Tum primum e campo comitia ad patres translata sunt : nam ad eam diem, etsi potissima arbitrio principis, quaedam tamen studiis tribuum fiebant. Neque populus ademptum ius questus est nisi inani rumore […]. Alors, pour la première fois, les comices furent transférés du champ de Mars au Sénat : en effet, jusqu’à ce jour, que les élections les plus importantes fussent arbitrées par l’empereur n’empêchait pas que certaines demeurent confiées aux choix passionnés des tribus. Or, le peuple, en guise de plainte contre la suppression de l’un de ses droits, ne fit que de vaines rumeurs […].
7/430 [Ann] I, 16 Corruption des armées de Pannonie
La suspension des affaires à la mort d'Auguste conduit les trois légions de Pannonie (réunies dans les quartiers d'été) à se disperser et à prêter l'oreille aux rumeurs.
Eo principio lasciuire miles discordare, pessimi cuiusque sermonibus praebere auris, denique luxum et otium cupere, disciplinam et laborem aspernari. Par ces débuts, les soldats se mirent à se disperser, se diviser, tendre l’oreille aux discussions des pires éléments, enfin à désirer une débauche oisive, méprisant la discipline et le travail.
8/430 [Ann] I, 18 Réactions de la troupe au discours de Percennius
Dans un semblant de contio, l'ancien chef de claque et soldat du rang Percennius excite la foule, qui réagit bruyamment.
Adstrepebat uulgus, diuersis incitamentis, hi uerberum notas, illi canitiem, plurimi detrita tegmina et nudum corpus exprobrantes. Postremo eo furoris uenere, ut tres legiones miscere in unam agitauerint. La foule mugissait sous le coup de divers aiguillons : les uns montraient en guise de reproche les marques des verges, les autres la blancheur de leurs cheveux, la majorité leurs haillons et leur corps nu. Enfin, ils en vinrent à ce point de folie qu’ils débattirent l’idée de mêler les trois légions en une seule.
9/430 [Ann] I, 19 Décision des légions de Pannonie
Les légions de Pannonie décident par acclamation de confier au fils du légat Junius Blaesus une légation au Sénat.
Adclamauere ut filius Blaesi tribunus legatione ea fungeretur peteretque militibus missionem ab sedecim annis ; cetera mandaturos, ubi prima prouenissent. Ils demandèrent à grands cris que ce fût le fils de Blésus qui, en tant que tribun, s’acquittât de la légation et réclamât pour les soldats le congé à partir de seize ans ; ils enverraient d’autres demandes quand celles-ci auraient été exaucées.
10/430 [Ann] I, 21 Désespoir des mutins de Pannonie
Certains mutins de l'armée de Pannonie, arrêtés par Junius Blaesus, interpellent le reste de l'armée sur le sort qui les attend.
Illi obniti trahentibus, prensare circustantium genua, ciere modo nomina singulorum, modo centuriam quisque cuius manipularis erat, cohortem, legionem, eadem omnibus inminere clamitantes. Eux se mettent à résister à ceux qui les entraînent, à chercher à se saisir des genoux des spectateurs, tantôt à dire le nom de chacun individuellement, tantôt à appeler la centurie à laquelle ils appartenaient, leur cohorte, leur légion : ils ne cessent de crier que le même sort les menace tous.