Logo UGA Logo Uni Osnabrück

Voix de la Foule chez Tacite

Extemplo Libyae magnas it Fama per urbes, / Fama, malum qua non aliud velocius ullum [...]

(Virgile, Énéide, 4.173-174)

Illustration médiévale de la Fama

Illustration de l'édition Brant de l'Énéide, Strasbourg 1502

Affichage du corpus

En jaune, les termes renvoyant à une vocalisation collective. En vert, le discours indirect rattaché à la foule.

31/430 [Ann] II, 12 Bruit de l'armée d'Arminius
À la veille de la bataille d'Idistavise, Germanicus apprend grâce à ses éclaireurs la proximité de l'armée germaine, menée par Arminius.
Suggressi propius speculatores audiri fremitum equorum inmensique et inconditi agminis murmur attulere. Des espions qui s’étaient rapprochés furtivement rapportèrent avoir entendu le hennissement des chevaux et le grondement d’une armée immense et confuse.
32/430 [Ann] II, 12 Germanicus s'interroge sur l'état d'esprit de ses soldats
À la veille de la bataille d'Idistavise, Germanicus se demande comment connaître au mieux l'état d'esprit de ses soldats, les structures d'interaction habituelles entre le commandant et la troupe (contiones notamment) lui paraissant trop limitées.
[Germanicus secum agitabat] tribunos et centuriones laeta saepius quam comperta nuntiare, libertorum seruilia ingenia, amicis inesse adulationem ; si contio uocetur, illic quoque quae pauci incipiant reliquos adstrepere. [Germanicus pensait que] les tribuns et les centurions rapportaient des nouvelles plus souvent heureuses qu’assurées ; les affranchis étaient dotés d’un esprit servile, les amis étaient dirigés par l’adulation. Convoquerait-il une assemblée ? Mais là aussi, les propositions du petit nombre sont approuvées bruyamment par le reste.
33/430 [Ann] II, 13 Germanicus parcourt son camp de nuit
À la veille de la bataille d'Idistavise, Germanicus parcourt son camp incognito afin de connaître l'état d'esprit de ses soldats. Il entend ainsi les rumeurs (positives) qui courent sur lui.
[Germanicus] fruitur fama sui, cum hic nobilitatem ducis, decorem alius, plurimi patientiam, comitatem, per seria, per iocos eundem animum laudibus ferrent, reddendamque gratiam in acie faterentur , simul perfidos et ruptores pacis ultioni et gloriae mactandos. […] Veniret dies, daretur pugna ; sumpturum militem Germanorum agros, tracturum coniuges : accipere omen et matrimonia ac pecunias hostium praedae destinare. [Germanicus] jouit alors de sa réputation : l’un fait l’éloge de la noblesse du général, l’autre de sa gloire, la plus grande partie de sa patience, de son affabilité, de son équanimité dans les affaires sérieuses et dans les badinages ; ils avouent qu’il faut lui rendre grâce dans la bataille, qu’il faut sacrifier à sa vengeance et à sa gloire ceux qui, par perfidie, ont rompu la paix. […] Que le jour vienne ! Qu’on livre bataille ! Les soldats sauront prendre les champs des Germains, sauront entraîner leurs femmes ; ils acceptent le présage : les épouses et les richesses des ennemis, ils les destinent au butin.
34/430 [Ann] II, 16 Réaction des Germains à l'hortatio d'Arminius
Les soldats germains réagissent avec enthousiasme au discours d'exhortation de leurs chefs, dont Arminius (bataille d'Idistavise).
Sic accensos et proelium poscentis in campum, cui Idistauiso nomen, [barbaros milites] deducunt. Une fois les soldats germains ainsi enflammés et réclamant le combat, on les conduit dans la plaine appelée Idistavise.
35/430 [Ann] II, 24 Récits des soldats romains emportés au loin par une tempête
Après le naufrage d'une partie de la flotte romaine, qui ramenait les légions en-deçà de la frontière, certains soldats racontent ce qu'ils ont vécu lors de la tempête.
Vt quis ex longinquo reuenerat, miracula narrabant, uim turbinum et inauditas uolucris, monstra maris, ambiguas hominum et beluarum formas, uisa siue ex metu credita. À mesure que l’on revenait de loin, on racontait des prodiges : c’était la violence des typhons, des oiseaux inouïs, des monstres marins, des silhouette incertaines d’hommes et de bêtes – toutes choses vues, sinon crues sous le coup de la peur.
36/430 [Ann] II, 25 Rumeur du naufrage de la flotte romaine
La tempête essuyée par la flotte romaine fait naître une rumeur chez les Romains et les Germains, poussant les second à reprendre courage.
Sed fama classis amissae ut Germanos ad spem belii, ita Caesarem ad coercendum erexit. Or, si le bruit de la perte de la flotte rendit aux Germains l’espoir de la guerre, il poussa César à les réprimer.
37/430 [Ann] II, 31 Mort de Libo Drusus
Libo Drusus, accusé de tramer une révolution, est poussé au suicide, dans l'une des premières affaires de lèse-majesté du règne de Tibère. La scène du suicide est l'occasion d'un tableau à la dimension sonore très travaillée.
Cingebatur interim milite domus, strepebant etiam in uestibulo ut audiri, ut aspici possent , cum Libo, ipsis quas in nouissimam uoluptatem adhibuerat epulis excruciatus, uocare percussorem, prensare seruorum dextras, inserere gladium. Atque illis, dum trepidant, dum refugiunt , euertentibus adpositum cum mensa lumen, feralibus iam sibi tenebris duos ictus in uiscera derexit. L’on entourait pendant ce temps la maison de soldats ; ils remplissaient de bruit le vestibule : on pouvait les entendre, on pouvait les voir, alors que Libo, que le festin même auquel il s’était appliqué pour y trouver un ultime plaisir ne lui fournissait que du tourment, appelait quelqu’un pour le frapper, cherchait à prendre les mains de ses esclaves, leur donnait son glaive. Mais eux, s’agitant, essayant de fuir, renversent la table et, posée sur elle, le flambeau – Libo, déjà entouré de funestes ténèbres, se transperça en deux coups les entrailles.
38/430 [Ann] II, 38 Réactions du sénat au refus de soutien financier de Tibère à M. Hortalus
Face à la détresse financière de M. Hortalus, petit-fils d'Hortensius, Tibère refuse de venir en aide à ce sénateur d'une noble famille, suscitant des réactions (sonores) négatives chez les pères conscrits, qui conduiront le prince à adoucir sa décision.
Haec atque talia, quamquam cum adsensu audita ab iis quibus omnia principum, honesta atque inhonesta, laudare mos est, plures per silentium aut occultum murmur excepere. Ces paroles et d’autres du même genre reçurent l’assentiment des oreilles qui ont coutume de louer toute action des princes, qu’elle soit bonne ou non ; néanmoins, le plus grand nombre les accueillirent dans le silence ou avec un murmure dissimulé.
39/430 [Ann] II, 39-40 Affaire du faux Agrippa Postumus
Clemens, un esclave d'Agrippa Postumus (petit-fils d'Auguste, fils d'Agrippa et de Julia), se fait passer pour son maître, mort en 14 ap. J.-C., pour tenter de prendre le pouvoir. Sa stratégie repose en grande partie sur la maîtrise des rumeurs et informations alternatives, qui courent en Italie et à Rome.
[Clemens] ignotis locis sese abdit, donec crinem barbamque promitteret : nam aetate et forma haud dissimili in dominum erat. Tum per idoneos et secreti eius socios crebrescit uiuere Agrippam, occultis primum sermonibus , ut uetita solent, mox uago rumore apud inperitissimi cuiusque promptas auris aut rursum apud turbidos eoque noua cupientis. Atque ipse adire municipia obscuro diei, neque propalam aspici, neque diutius isdem locis, sed quia ueritas uisu et mora , falsa festinatione et incertis ualescunt, relinquebat famam aut praeueniebat. (40) Vulgabatur interim per Italiam seruatum munere deum Agrippam, credebatur Romae ; iamque Ostiam inuectum 5multitudo ingens, iam in urbe clandestini coetus celebrabant , cum Tiberium anceps cura distrahere , uine militum seruum suum coerceret an inanem credulitatem tempore ipso uanescere sineret. [Clemens] se retire dans des lieux inconnus, le temps de se laisser pousser les cheveux et la barbe : de fait, il était proche en âge et en apparence de son maître. Alors grâce à des personnes compétentes qui partagent son secret se répand le bruit qu’Agrippa est en vie, d’abord dans des discussions secrètes, comme d’ordinaire pour les sujets tabous, puis via une rumeur mouvante qui s’accrédite auprès des oreilles bien disposées des gens les moins informés ou, au contraire, d’une frange agitée et, pour cette raison, avide de changements. Quant à lui, il allait dans les municipes au crépuscule sans se montrer publiquement ni rester longtemps au même endroit ; mais puisque la vérité a besoin de lumière et de délai pour s’affermir, alors que le mensonge ne demande que l’empressement et l’incertitude, il laissait derrière lui les on-dit ou les devançait. Le bruit se répandait pendant ce temps en Italie qu’une faveur divine avait sauvé Agrippa, et on le croyait à Rome ; déjà, une immense foule le célébrait à son arrivée à Ostie ; de même à Rome dans des réunions secrètes. Un double souci faisait hésiter Tibère : emploierait-il la force militaire pour maîtriser un esclave qui était sien ou laisserait-il à l’œuvre du temps le soin de disperser cette vaine croyance ?
40/430 [Ann] II, 41 Triomphe de Germanicus
Le triomphe de Germanicus en 17 ap. J.-C. est l'occasion pour Tacite de décrire les réactions mitigées des spectateurs, partagés entre la joie de l'événement et la prémonition du désastre qui menace le jeune prince et sa famille.
Augebat intuentium uisus eximia ipsius [Germanici] species currusque quinque liberis onustus. Sed suberat occulta formido , reputantibus haud prosperum in Druso patre eius fauorem uulgi, auunculum eiudem Marcellum fragrantibus plebis studiis intra iuuentam ereptum, breuis et infaustos populi Romani amores . Le spectacle s’enrichissait, chez ceux qui le regardaient, de l’apparence rare de Germanicus lui-même et de son char occupé par ses cinq enfants. Mais derrière cette joie se terrait l’effroi, lorsque l’on songeait que la bienveillance de la foule n’avait pas été favorable à Drusus, son père, que son oncle encore, Marcellus, avait été emporté, alors qu’il était encore jeune, à l’affection ardente que lui vouait la plèbe, que ces amours du peuple romain étaient brèves et funestes.