Logo UGA Logo Uni Osnabrück

Voix de la Foule chez Tacite

Extemplo Libyae magnas it Fama per urbes, / Fama, malum qua non aliud velocius ullum [...]

(Virgile, Énéide, 4.173-174)

Illustration médiévale de la Fama

Illustration de l'édition Brant de l'Énéide, Strasbourg 1502

Affichage du corpus

En jaune, les termes renvoyant à une vocalisation collective. En vert, le discours indirect rattaché à la foule.

1/430 [Ann] I, 4-5 Rumeurs à propos des potentiels successeurs d'Auguste
A sa mort en 14 ap. J.-C., la question du successeur d'Auguste fut objet de discussions politiques à Rome entre deux camps. Ce que Tacite nous présente comme des uarii rumores passent successivement en revue Agrippa puis Tibère, les deux principaux concurrents. Enfin, Tacite en profite pour rapporter une ultime rumeur sur le potentiel empoisonnement d'Auguste par son épouse, Livie.
Pars multo maxima imminentis dominos uariis rumoribus differebant : trucem Agrippam et ignominia accensum, non aetate neque rerum experientia tantae moli parem ; Tiberium Neronem maturum annis, spectatum bello, sed uetere atque insita Claudiae familiae suberbia ; multaque indicia saeuitiae, quamquam premantur, erumpere . Hunc et prima ab infantia eductum in domo regnatrice ; congestos iuueni consulatus, triumphos ; ne iis quidem annis quibus Rhodi specie secessus exul egerit aliud quam iram et simulationem et secretas lubidines meditatum. Accedere matrem muliebri impotentia : seruiendum feminae duobusque insuper adulescentibus qui rem publicam interim premant quandoque distrahant. (5) Haec atque talia agitantibus grauescere ualetudo Augusti et quidam scelus uxoris suspectabant. Quippe rumor incesserat paucos ante mensis Augustum, electis consciis et comite uno Fabio Maximo, Planasiam uectum ad uisendum Agrippam […] . Ceux qui étaient de loin les plus nombreux colportaient en diverses rumeurs la menace que représentaient les maîtres : Agrippa ? cruel et échaudé par le déshonneur, pas à la hauteur, au vu de son âge et de son expérience, d’une tâche si lourde ; Tiberius Nero ? homme fait et éprouvé par la guerre, mais doté de l’antique orgueil naturel chez les Claudii – de nombreux signes de sa cruauté, quoique réprimés, cherchaient à éclater. Lui-même, et ce dès sa première enfance, avait été introduit dans une maison régnante ; s’étaient entassés sur sa jeunesse consulats et triomphes ; même lors de ces années passées à Rhodes en exil sous l’apparence d’une retraite, il n’avait mis en place que sa colère, sa dissimulation et ses débauches secrètes. En outre, sa mère et son incapacité, propre au féminin, à se contenir : c’est à une femme qu’il faudrait obéir et, en outre, à deux jeunes hommes capables de tantôt opprimer l’État, tantôt de le déchirer. (5) Voilà, à peu près, ce qu’ils agitaient, alors que la santé d’Auguste s’aggravait et que certains soupçonnaient son épouse d’un crime. De fait, la rumeur s’était propagée qu’Auguste, quelques mois auparavant, en n’en faisant la confidence qu’à un groupe choisi et accompagné seulement de Fabius Maximus, s’était rendu à Planasie pour voir Agrippa […].
2/430 [Ann] I, 5 Manœuvres de Livie à la mort d'Auguste
Livie s'efforce de contrôler la circulation des informations à la mort d'Auguste, qu'elle dissimule, afin que Tibère obtienne le pouvoir sans troubles.
Acribus namque custodiis domum et uias saepserat Liuia, laetique interdum nuntii uulgabantur, donec prouisis quae tempus monebat simul excessisse Augustum et rerum potiri Neronem fama eadem tulit. Livie avait en effet entouré le palais et les voies d’accès de sentinelles zélées, et, de temps à autre, d’heureuses nouvelles filtraient, jusqu’à ce qu’enfin, une fois prévues les mesures que la situation réclamait, un bruit porta deux nouvelles d’un même coup : Auguste était mort, et Néron avait le pouvoir.
3/430 [Ann] I, 7 Rome prête serment à Tibère
Tibère ayant accédé au pouvoir, Tacite décrit, dans une vision descendante sociologiquement comme à son habitude, comment les différentes composantes sociales de Rome lui prêtent serment.
Sex. Pompeius et Sex. Appuleius consules primi in uerba Tiberii Caesaris iurauere, apudque eos Seius Strabo et C. Turranius, ille praetoriarum cohortium praefectus, hic annonae ; mox senatus milesque et populus. Sextus Pompée et Sextus Appuleius, en tant que consuls, furent les premiers à prêter serment à Tibère ; puis, devant eux, ce furent Seius Strabo et Caius Turranius, celui-ci préfet des cohortes prétoriennes, celui-là, de l’annone ; bientôt après, le sénat, l’armée et le peuple.
4/430 [Ann] I, 8 Réactions lors des funérailles d'Auguste
Le jour des funérailles d'Auguste, on entendit, selon Tacite, des commentaires ironiques qui comparaient l'événements aux débordements que la ville avait connus après la mort de Jules César.
Die funeris milites uelut praesidio stetere, multum inridentibus qui ipsi uiderant quique a parentibus acceperant diem illum crudi adhuc seruitii et libertatis inprospere repetitae, cum occisus dictator Caesar aliis pessimum, aliis pulcherrimum facinus uideretur : nunc senem principem, longa potentia, prouisis etiam herendum in rem publicam opibus, auxilio scilicet militari tuendum, ut sepultura eius quieta foret. Le jour de ses funérailles, les soldats étaient debout comme pour le défendre, cibles de nombreuses moqueries de la part de ceux qui avaient eux-mêmes vu ou qui avaient entendu parler par leurs parents de ce grand jour où la servitude était encore fraiche et la liberté revendiquée sans succès, lorsque le meurtre du dictateur César paraissait un acte ignoble pour les uns, magnifique pour les autres ; désormais, c’était un prince décrépit par un long exercice du pouvoir, et alors qu’un secours contre la république avait été prévu pour ses héritiers, qu’il fallait, apparemment, protéger par des troupes militaires pour conserver la sérénité de sa sépulture.
5/430 [Ann] I, 9-10 Totengericht d'Auguste
Commentaires anonymes qui suivent les funérailles d'Auguste et jugent la vie du premier empereur de Rome, pour une partie positivement, pour une autre négativement.
Multus hinc ipso de Augusto sermo, plerisque uana mirantibus quod idem dies accepti quondam imperii princeps et uitae supremus, quod Nolae in domo et cubiculo in quo pater eius Octauius uitam finiuisset. Numerus etiam consulatuum celebrabatur , quo Valerium Coruum et C. Marium simul aequauerat ; continuata per septem et triginta annos tribunicia potestas, nomen inperatoris semel atque uicies partum aliaque honorum multiplicata aut noua. At apud prudentis uita eius uarie extollebatur arguebaturue. Hi pietate erga parentem et necessitudine rei publicae, in qua nullus tunc legibus locus, ad arma ciuilia actum, quae neque parari possent neque haberi per bonas artis. Multa Antonio, dum interfectoris patris ulcisceretur, multa Lepido concessisse. Postquam hic socordia senuerit, ille per libidines pessum datus sit, non aliud discordantis patriae remedium fuisse quam ut ab uno regeretur . Non regno tamen neque dictatura, sed principis nomine constitutam rem publicam ; mari Oceano aut amnibus longinquis saeptum imperium ; legiones, prouincias, classis, cuncta inter se conexa  ; ius apud ciuis, modestiam apud socios ; urbem ipsam magnifico ornatu ; pauca admodum ui tractata quo ceteris quies esset. (10)Dicebatur contra : pietatem erga parentem et tempora rei publicae obtentui sumpta ; ceterum cupidine dominandi concitos per largitionem ueteranos, paratum ab adulescente priuato exercitum, corruptas consulis legiones, simulatam Pompeianarum gratiam partium ; mox ubi decreto patrum fascis et ius praetoris inuaserit, caesis Hirtio et Pansa, siue hostis illos, seu Pansam uenenum uulneri adfusum, sui milites Hirtium et machinator doli Caesar abstulerat, utriusque copias occupauisse ; extortum inuito senatu consulatum, armaque quae in Antonium acceperit contra rem publicam uersa ; proscriptionem ciuium, diuisiones agrorum ne ipsis quidem qui fecere laudatas. Sane Cassii et Brutorum exitus paternis inimicitiis datos, quamquam fas sit priuata odia publicis utilitatibus remittere : sed Pompeium imagine pacis, sed Lepidum specie amicitiae deceptos ; post Antonium, Tarentino Brundisinoque foedere et nuptiis sororis inlectum, subdolae adfinitatis poenas morte exsoluisse. Pacem sine dubio posta haec, uerum cruentam : Lollianas Varianasque cladis, interfectos Romae Varrones, Egnatios, Iullos. Nec domesticis abstinebatur : abducta Neroni uxor et consulti per ludibrium pontifices an concepto necdum edito partu rite nuberet ; Q. Tedii et Vedii Pollionis luxus ; postremo Liuia grauis in rem publicam mater, grauis domui Caesarum nouerca. Nihil deorum honoribus relictum, cum se templis et effigie numinum per flamines et sacerdotes coli uellet. Ne Tiberium quidem caritate aut rei publicae cura successorem adscitum, sed, quoniam adrogantiam saeuitiamque eius introspexerit, comparatione deterrima sibi gloriam quaesiuisse. De là, une longue discussion sur la personne d’Auguste : la plupart s’étonnait de phénomènes vains – le dernier jour de sa vie correspondait à celui où, autrefois, il avait pris le pouvoir impérial pour la première fois ; il était mort à Nole, dans la maison, dans le lit où son père, Octave, avait expiré. On proclamait le nombre de ses consulats, qui l’égalait dans le même temps à Valérius Corvus et à Marius, la puissance tribunicienne, qu’il avait eue de manière continue pendant trente-sept ans, le nom d’imperator, qu’il avait acquis vingt-et-une fois, et d’autres honneurs qu’il avait multipliés ou inaugurés. Mais parmi ceux qui réfléchissaient, on exaltait ou on dénonçait sa vie de diverses façons. Les uns affirmaient que c’était par piété filiale et obligé par la situation de l’état, où il n’y avait alors aucune place pour la loi, qu’il avait déclenché une guerre civile, que l’on ne saurait, il est vrai, préparer ou mener selon d’honnêtes procédés. Il avait fait beaucoup de concessions à Antoine et tout autant à Lépide tandis qu’il vengeait les meurtriers de son père. Une fois l’un vieilli dans sa bêtise et l’autre déchu par ses passions, il n’y avait pas d’autre remède aux discordes civiles que le règne d’un seul ; mais ce n’était pas une royauté ou une dictature qui avait fondé l’État, mais le nom d’un prince. Les limites de l’empire, ce fut l’Océan ou des fleuves éloignés qui les fixèrent ; les légions, les provinces, la flotte : toutes les parties faisaient corps ensemble ; aux citoyens le droit, aux alliés la modestie ; la ville elle-même se parait de magnificence ; un petit nombre de mesures, tout au moins, avaient été prises avec force pour que le calme règne partout ailleurs. On leur rétorquait que, concernant sa piété filiale et les difficultés de l’État, elles avaient été recueillies comme des prétextes ; qu’au reste, son désir de domination l’avait conduit à exciter les vétérans à force de largesses, à se ménager, alors adolescent et homme privé, une armée, à corrompre les légions d’un consul, à simuler la complaisance pour le parti pompéien ; puis, lorsque, par un décret des sénateurs, il s’était jeté sur les faisceaux, droits des préteurs, une fois Hirtius et Pansa tués, soit que les ennemis les eussent enlevés, soit que, pour Pansa, ce fût du poison versé sur sa blessure, pour Hirtius, l’action de ses propres soldats et[, derrière,] la machination de César, il avait pris possession de leurs troupes respectives ; son consulat avait été arraché aux sénateurs contre leur gré, et les armes qu’il avait reçues pour lutter contre Antoine, il les avait tournées contre l’État ; il avait proscrit des citoyens, fait une réforme agraire sans même que ceux qui avaient fait ces mesures ne l’en louassent. Certes, la mort de Cassius et de Brutus avait été attribuée aux haines de son père, quoiqu’il soit permis de concéder les rancœurs privées à l’utilité publique ; mais Pompée, c’était l’image de la paix, et Lépide, l’apparence de l’amitié qui les avaient trompés ; dans la suite, Antoine, que les traités de Tarente et de Brindes ainsi que les noces de sa sœur avaient séduit, avait payé par la mort le prix d’une proximité fourbe. Aucun doute : c’est la paix qui y avait succédé, mais une paix sanglante : massacres de Lollius et de Varus, meurtres, à Rome, des Varron, des Egnatius, des Iulle. Et l’on n’évitait pas ses affaires privées : il avait enlevé à Néron sa femme et consulté par moquerie les pontifes pour savoir s’il était conforme à la religion de se marier enceinte si l’on n’avait pas encore accouché ; il y avait eu les débauches de Q. Tedius et de Vedius Pollio ; puis Livie, cette mère pénible pour l’État, cette marâtre pénible pour la maison des Césars. Il n’avait rien laissé pour honorer les dieux alors qu’il voulait être, dans les temples et avec les images des divinités, l’objet du culte des flamines et des prêtres. Même dans l’adoption de Tibère, il n’avait pas fait preuve de tendresse ou de soin pour l’état ; au contraire, parce qu’il avait remarqué sa superbe et sa cruauté, il avait cherché, par une comparaison qui serait au désavantage de Tibère, à augmenter sa propre gloire.
6/430 [Ann] I, 15 Tibère délègue les élections au Sénat
Le peuple fait entendre une rumeur, jugée inutile par Tacite, en réponse à la réforme tibérienne des comices.
Tum primum e campo comitia ad patres translata sunt : nam ad eam diem, etsi potissima arbitrio principis, quaedam tamen studiis tribuum fiebant. Neque populus ademptum ius questus est nisi inani rumore […]. Alors, pour la première fois, les comices furent transférés du champ de Mars au Sénat : en effet, jusqu’à ce jour, que les élections les plus importantes fussent arbitrées par l’empereur n’empêchait pas que certaines demeurent confiées aux choix passionnés des tribus. Or, le peuple, en guise de plainte contre la suppression de l’un de ses droits, ne fit que de vaines rumeurs […].
7/430 [Ann] I, 16 Corruption des armées de Pannonie
La suspension des affaires à la mort d'Auguste conduit les trois légions de Pannonie (réunies dans les quartiers d'été) à se disperser et à prêter l'oreille aux rumeurs.
Eo principio lasciuire miles discordare, pessimi cuiusque sermonibus praebere auris, denique luxum et otium cupere, disciplinam et laborem aspernari. Par ces débuts, les soldats se mirent à se disperser, se diviser, tendre l’oreille aux discussions des pires éléments, enfin à désirer une débauche oisive, méprisant la discipline et le travail.
8/430 [Ann] I, 18 Réactions de la troupe au discours de Percennius
Dans un semblant de contio, l'ancien chef de claque et soldat du rang Percennius excite la foule, qui réagit bruyamment.
Adstrepebat uulgus, diuersis incitamentis, hi uerberum notas, illi canitiem, plurimi detrita tegmina et nudum corpus exprobrantes. Postremo eo furoris uenere, ut tres legiones miscere in unam agitauerint. La foule mugissait sous le coup de divers aiguillons : les uns montraient en guise de reproche les marques des verges, les autres la blancheur de leurs cheveux, la majorité leurs haillons et leur corps nu. Enfin, ils en vinrent à ce point de folie qu’ils débattirent l’idée de mêler les trois légions en une seule.
9/430 [Ann] I, 19 Décision des légions de Pannonie
Les légions de Pannonie décident par acclamation de confier au fils du légat Junius Blaesus une légation au Sénat.
Adclamauere ut filius Blaesi tribunus legatione ea fungeretur peteretque militibus missionem ab sedecim annis ; cetera mandaturos, ubi prima prouenissent. Ils demandèrent à grands cris que ce fût le fils de Blésus qui, en tant que tribun, s’acquittât de la légation et réclamât pour les soldats le congé à partir de seize ans ; ils enverraient d’autres demandes quand celles-ci auraient été exaucées.
10/430 [Ann] I, 21 Désespoir des mutins de Pannonie
Certains mutins de l'armée de Pannonie, arrêtés par Junius Blaesus, interpellent le reste de l'armée sur le sort qui les attend.
Illi obniti trahentibus, prensare circustantium genua, ciere modo nomina singulorum, modo centuriam quisque cuius manipularis erat, cohortem, legionem, eadem omnibus inminere clamitantes. Eux se mettent à résister à ceux qui les entraînent, à chercher à se saisir des genoux des spectateurs, tantôt à dire le nom de chacun individuellement, tantôt à appeler la centurie à laquelle ils appartenaient, leur cohorte, leur légion : ils ne cessent de crier que le même sort les menace tous.