Logo UGA Logo Uni Osnabrück

Voix de la Foule chez Tacite

Extemplo Libyae magnas it Fama per urbes, / Fama, malum qua non aliud velocius ullum [...]

(Virgile, Énéide, 4.173-174)

Illustration médiévale de la Fama

Illustration de l'édition Brant de l'Énéide, Strasbourg 1502

Affichage du corpus

En jaune, les termes renvoyant à une vocalisation collective. En vert, le discours indirect rattaché à la foule.

n° 62 [Ann] III, 17 Indignation des « gens de bien » contre l'acquittement de Plancine
Protégée par Livie, Plancine (Munatia Plancina), la femme de Pison, fut acquittée. Cette décision suscita de longues plaintes indignées d'un groupe assez peu défini (les « gens de bien »), dans un contexte lui aussi peu déterminé (au sénat ? dans les rues ?).
Pro Plancina cum pudore et flagitio disseruit, matris preces obtendens , in quam optimicuiusque secreti questus magis ardescebant. Id ergo fas auiae interfectricem nepotis adspicere, adloqui, eripere senatui. Quod pro omnibus ciuibus leges obtineant, uni Germanico non contigisse. Vitellii et Veranii uoce defletum Caesarem, ab imperatore et Augusta defensam Plancinam. Proinde uenena et artes tam feliciter expertas uerteret in Agrippinam, in liberos eius, egregiam auiam ac patruum sanguine miserrimae domus exsatiaret. Il parla en faveur de Plancine avec une retenue scandaleuse, prétextant les prières de sa mère, contre laquelle s’enflammaient plutôt les plaintes secrètes de tous les gens de bien. Il était donc permis à une grand-mère de regarder la meurtrière de son petit-fils, de lui parler, de l’arracher des mains du Sénat ! Les droits garantis par les lois à tous les citoyens ne concernaient donc pas le seul Germanicus ! Les voix de Vitellius et de Véranius  avaient pleuré César, mais l’empereur et Augusta, eux, avaient défendu Plancine ? Eh bien ! qu’elle tournât donc ses techniques d’empoisonneuse qui avaient fait leurs preuves avec tant de réussite contre Agrippine, contre ses enfants ! Qu’elle satisfît donc une aïeule et un oncle hors pairs du sang d’une famille si malheureuse !