Logo UGA Logo Uni Osnabrück

Voix de la Foule chez Tacite

Extemplo Libyae magnas it Fama per urbes, / Fama, malum qua non aliud velocius ullum [...]

(Virgile, Énéide, 4.173-174)

Illustration médiévale de la Fama

Illustration de l'édition Brant de l'Énéide, Strasbourg 1502

Affichage du corpus

En jaune, les termes renvoyant à une vocalisation collective. En vert, le discours indirect rattaché à la foule.

n° 406 [Agr] XLI L'opinion publique réclame le retour d'Agricola comme général
À la suite de sa victoire en Bretagne, Agricola fut rappelé par Domitien, jaloux, selon Tacite, des succès et de la popularité grandissante de son général. L'historien présente ici, dans un sommaire narratif saisissant, la retraite forcée de son grand-père entre 84 (année probable de son retour de Bretagne) et 90 (année où il aurait dû obtenir un proconsulat prestigieux, en Afrique ou en Asie). Les difficultés que traversait alors l'Empire romain conduisait l'opinion publique à s'interroger sur la retraite du vainqueur des Bretons, et à réclamer son retour sur le devant de la scène.
Et ea insecuta sunt rei publicae tempora, quae sileri Agricolam non sinerent […]. Ita cum damna damnis continuarentur atque omnis annus funeribus et cladibus insigniretur, poscebatur ore uulgi dux Agricola, comparantibus cunctis uigorem, constantiam et expertum bellis animum cum inertia et formidine aliorum. Quibus sermonibus satis constat Domitiani quoque auris uerberatas , dum optimus quisque libertorum amore et fide, pessimi malignitate et liuore pronum deterioribus principem extimulabant . Sic Agricola simul suis uirtutibus, simul uitiis aliorum in ipsam gloriam praeceps agebatur . L’État vécut ensuite une période qui ne permit pas que l’on tût le nom d’Agricola […]. Ainsi, comme les maux succédaient aux maux et que chaque année se signalait par son lot de morts et de défaites, la voix populaire réclamait Agricola comme chef, et tous comparaient son énergie, sa fermeté et son expérience de la guerre à la mollesse et la crainte des autres. Il est assez établi que ces propos blessèrent aussi les oreilles de Domitien ; en même temps, ses affranchis, les meilleurs à cause de leur attachement fidèle, les pires, de leur jalouse malveillance, excitaient ce prince prompt aux pires décisions. C’est ainsi qu’Agricola, à la fois du fait de ses vertus propres et du vice des autres, était mené, la tête la première, vers le faîte de la gloire.