Logo UGA Logo Uni Osnabrück

Voix de la Foule chez Tacite

Extemplo Libyae magnas it Fama per urbes, / Fama, malum qua non aliud velocius ullum [...]

(Virgile, Énéide, 4.173-174)

Illustration médiévale de la Fama

Illustration de l'édition Brant de l'Énéide, Strasbourg 1502

Affichage du corpus

En jaune, les termes renvoyant à une vocalisation collective. En vert, le discours indirect rattaché à la foule.

n° 313 [Hist] III, 19-20 Les soldats flaviens demandent à attaquer Crémone
Après un premier affrontement, qui contraint les Vitelliens à reculer jusqu'à Crémone, la deuxième bataille de Bédriac passa par une phase de calme, pendant laquelle le gros des troupes flaviennes, qui n'avait pas pris part à la première charge, réclama de mener immédiatement le siège de Crémone, alors que la journée touchait à sa fin.
Inumbrante uespera uniuersum Flauiani exercitus robur aduenit. Vtque cumulos super et recentia caede uestigia incessere, quasi debellatum foret, pergere Cremonam et uictos in deditionem accipere aut expugnare deposcunt. Haec in medio, pulchra dictu : illa sibi quisque, posse coloniam plano sitam impetu capi . […] Spernuntur centuriones tribunique, ac ne uox cuiusquam audiatur, quatiunt arma , rupturi imperium ni ducantur . (20) Tum Antonius inserens se manipulis , ubi aspectu et auctoritate silentium fecerat, non se decus neque pretium eripere tam bene meritis adfirmabat , sed diuisa inter exercitum ducesque munia . Alors que s’avançait l’ombre du soir, la totalité des forces de l’armée flavienne arriva. S’avançant sur des amas de corps, traces du récent carnage, ils réclament, comme si la guerre eût été terminée, que l’on aille à Crémone et que l’on y reçoive la capitulation des vaincus, ou qu’on les réduise. Voilà ce qu’on disait en public, paroles bien belles ; mais ce que chacun se répétait, c’était que l’on pouvait prendre cette colonie, sise dans une plaine, en un assaut. […] Ils méprisent les centurions et les tribuns, et pour que l’on ne puisse pas entendre de voix, ils secouent leurs armes, prêts à abandonner leur situation d’obéissance si on ne les y conduit pas. (20) C’est alors qu’Antoine se mêla aux manipules : lorsque son apparence et son autorité eurent installé le silence, il affirmait qu’il n’enlevait pas leur honneur ni leur salaire à des soldats aussi méritants, mais que les devoirs de l’armée et du chef étaient différents.